Produit ajouté au panier avec succès Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Quantité
Total
Plus que 200,00 € pour bénéficier de la livraison shipping
Continuer Commander

Comment bien immatriculer sa Ford Mustang

Publié le : 22/08/2018 16:05:49 | Catégories : Techniques

Par Miss Mustang.

Bien choisir la plaque d'immatriculation de sa Ford Mustang et son entourage de plaque d’immatriculation

Plaque d'immatriculation personnalisée pour Ford Mustang : 1965 GT

Plaque d'immatriculation personnalisée, Ford Mustang 1965 GT.

La plaque d’immatriculation : une invention française

Les plaques d’immatriculation ne sont pas apparues lorsque les premières voitures ont commencé à circuler aux États-Unis. L’État de New York a été le premier à exiger des automobilistes la pose de plaques d’immatriculation dès 1901. Les plaques étaient fabriquées en cuir, en caoutchouc ou en fer par les propriétaires eux-mêmes et arboraient leurs initiales. En 1903, l’État du Massachusetts a été le premier à lancer une fabrication officielle de plaques. La toute première plaque, portant le numéro 1, a été attribuée à un certain Frederick Tudor. Ces plaques étaient en fer, recouvertes d’un émail en porcelaine. En blanc, des nombres et une inscription « Mass. Automobile Register » se détachaient sur un fond bleu cobalt. En 1916, elles seront en étain, puis en 1919, en acier. À la suite de l’État de Massachussetts, d’autres États se sont lancés rapidement dans la production de plaques d’immatriculation officielles, voyant dans cette innovation le moyen de réglementer un trafic en pleine expansion sur les routes américaines. En 1918, tous les États délivrent des plaques aux propriétaires des véhicules. Notons toutefois que l’Europe avait devancé les États-Unis sur ce coup-là. La France a été le premier pays à introduire la plaque d’immatriculation obligatoire, avec l’ordonnance de la Police de Paris du 14/08/1893. L’Allemagne fera de même trois ans après. Les Pays-Bas seront le premier pays à produire en série une plaque d’immatriculation nationale en 1898.

Des morues, des pommes de terre : tous les symboles sont permis sur les plaques d’immatriculation américaines

Une morue sur une plaque d’immatriculation de 1928 dans le Massachussetts

Une morue sur une plaque d’immatriculation de 1928 dans le Massachussetts.

La première excentricité graphique sur une plaque d’immatriculation américaine remonte à 1928 dans l’État du Massachussetts : une morue y fait son apparition ! La légende dit que la pêche aurait été mauvaise du côté du Massachussetts. Pour conjurer le sort, l’État imprime en relief le poisson convoité. La même année, c’est l’État de l’Idaho qui fabrique ses plaques avec une pomme de terre. En 1931, la Pennsylvanie autorise la personnalisation de ses plaques d’immatriculation. Cette pratique devient dès lors très populaire. Elle est une source de revenus considérable pour les États : les plaques personnalisées étant plus chères, les recettes fiscales servent à financer des programmes d’éducation ou de protection des espaces naturels. Aujourd’hui, plus de 30 États américains et quelques provinces du Canada autorisent les amateurs de voitures à installer des plaques d'immatriculation personnalisées et uniques, contenant des symboles, des slogans associés à la juridiction émettrice. Certaines plaques sont destinées à promouvoir la région, une entreprise, une équipe sportive, une communauté, un pays d’origine, d’autres portent des slogans politiques, religieux, militaires, ou des blagues.

Ma Ford Mustang, ma « PONYEXP »

Plaque d'immatriculation personnalisée, Vanity Plate

Plaque d'immatriculation personnalisée, "Vanity Plate", "Bullitt".

Les plaques d’immatriculation personnalisées portent le nom de « Vanity Plate » et équipaient en 2007 9,7 millions de véhicules aux États-Unis. Si beaucoup d’excentricités sont permises, l’agent fédéral qui enregistre les plaques peut rejeter des demandes jugées inappropriées ou offensantes. L’État de Géorgie a fait interdire les plaques « covfefe », mot venant d’une faute de frappe inventé par Donald Trump sur son Twitter. Le Tennessee et le Colorado ont interdit les plaques « ILVTOFU », pouvant signifier dans le meilleur des cas « I Love Tofu » et plus trivialement « I Love To Fuck U ». On se rappelle aussi des « Vanity Plate » de certains films : la plaque « OUTATIME » de la machine à remonter le temps DeLorean de Retour vers le futur (1985), la plaque « KSS MY AS » du coupé rouge de Mickey Rourke dans Barfly de Barbet Schroeder (1987), la plaque « PSY WGN » signifiant Pussy Wagon sur le PickUp de Buck dans Kill Bill 1 de Quentin Tarantino (2003). Sur les forums de passionnés de Ford Mustang, les Vanity Plates récurrentes sont « PONEYEXP », « PONY », « MSTANG », « V8MSTNG »…

Centralparts USA peut vous conseiller sur votre immatriculation

Sur le web, on trouve tout un tas de collectionneurs passionnés de l’histoire de ces plaques dont les plus anciennes se vendent chères sur Ebay. On lit aussi que la restauration d’une voiture américaine n’est complète que lorsqu’on a fait l’achat de plaques d’immatriculation adéquates. Si les entourages de plaques d'immatriculation sont autorisés, les plaques d’immatriculation vintage ne peuvent toutefois pas être enregistrées légalement et sont vendues pour les voitures exposées dans les musées, lors de show-car ou mises à disposition pour des tournages de films. Les démarches d’immatriculation en France demandent beaucoup de précautions et une attention particulière (cf. Ford France). Nombreux sont les propriétaires de Ford Mustang qui ont eu des difficultés lors de l’homologation et l’immatriculation de leur voiture. Centralparts USA, grâce à un réseau de contacts professionnels compétents, vous propose de vous guider dans l’homologation de votre véhicule, le choix de votre plaque et de votre entourage de plaques d’immatriculation.

Pour un conseil sur votre immatriculation, n’hésitez pas à nous contacter par mail ou directement au téléphone.