Produit ajouté au panier avec succès Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Quantité
Total
Plus que 200,00 € pour bénéficier de la livraison shipping
Continuer Commander

La Chevrolet Camaro : principale concurrente de la Ford Mustang

Publié le : 07/09/2018 15:05:18 | Catégories : Magazine

Par Miss Mustang.

La Chevrolet Camaro de General Motors : la principale concurrente de la Ford Mustang

La Chevrolet Camaro : principale concurrente de la Ford Mustang

Chevrolet Camaro Z28 1969 de General Motors.

Lorsque la Ford Mustang est mise en sur le marché en 1964, la direction de General Motors ne croit pas au succès du coupé. Mais quatre mois après sa commercialisation, la Ford Mustang bat tous les records de vente. Dans l’urgence, General Motors crée en réponse le prototype XP836 Panther. Mais entre le très populaire cheval mustang et la panthère, qui courre le plus vite ? Qui en a le plus sous le capot ?

La Chevrolet Panther, le prototype abandonné

Chevrolet Panther 1965, dans le studio de Henry C. Haga

Chevrolet Panther 1965, dans le studio de Henry C. Haga.

Le projet XP836 Panther est un prototype au long capot, au pont court, aux lignes courbes et épurées, élaboré dans le studio de Henry C. Haga, présentant une structure monocoque à partir du pare-brise, à propulsion arrière (que l’on trouve aussi sur la Pontiac Firebird), une configuration à deux portes ou à 2+2. Les doubles bras triangulaires qui constituent la suspension avant sont indépendants, tandis que l’essieu arrière est suspendu par des lames semi-elliptiques. Le freinage est assuré par quatre tambours, la direction, lente et manuelle et les 6 cylindres en ligne de 230 pouces ont une puissance optimisée de 140 chevaux. Le prototype emprunte un certain nombre de pièces à la Chevrolet Chevy II/Nova sortie en 1962. L’objectif : elle doit être capable d’accélération pouvant coiffer au poteau les Ford et les Mopar.

La bataille impitoyable entre la Ford Mustang et la Chevrolet Camaro

Chevrolet Camaro 1967 vs. Ford Mustang 1966

Chevrolet Camaro 1967 vs. Ford Mustang 1966.

On va tant parler de la Chevrolet Panther sans qu’elle soit encore en fabrication que certains conducteurs appellent mécontents le siège de Chevrolet pour se plaindre que la voiture n’est pas en commande. Pour couper court aux rumeurs qui auraient parasité l’effet de surprise du lancement, Chevrolet opte pour le nom de Camaro, après avoir pensé à Chaparral (sorte de maquis formé par des buissons et des broussailles que l’on trouve en Californie et au Nord du Mexique), s’inscrivant dans la tradition Chevrolet de baptiser ses voitures avec un nom qui commence par « C ». Le 18 juin 1966, le PDG de Chevrolet, Pete Estes, organise une conférence de presse par téléphone, organisé par le SPEAW (la Society for the Eradication of Panthers from de the Automotive World), pour annoncer que la Panthère n’existe plus et que la Camaro est née. Quand un journaliste demande à Pete Estes ce que veut dire « Camaro », il répond laconiquement : « Un petit animal vicieux qui dévore les mustangs ».  En réalité, ce sont les employés du département marketing qui ont trouvé dans l’édition de 1935 du dictionnaire anglais-français de D. C. Heath and Company que « Camaro » signifie en argot français, « ami », « copain » ou « camarade ».

Grand destin pour la pony car

La première génération de Chevrolet Camaro est lancée en 1966 et dure jusqu’en 1969. Coupé ou cabriolet, disponible avec plusieurs moteurs, y compris avec un moteur V8 et différents niveaux de finition, comme RS, SS et Z/28, la Chevrolet Camaro est lancée avec un prix inférieur à la Ford Mustang : un prix de base de 2 466 dollars (l’équivalent d’environ 18 000 dollars, avec l’inflation). En 1968, quelques évolutions sont notables : changement de la grille, disparition de la petite fenêtre sur les portes avant et ajout d’une ventilation nommée « Astro ventilation ». Le modèle 1969 se reconnaît dans l’accentuation de sa calandre en V, plus agressif. La principale innovation de cette année est l’option COPO (Central Office Production Orders) : une législation interdit à Chevrolet de proposer des moteurs de plus de 6,6l. La firme contourne l’interdiction en proposant le système COPO, proposant un plus gros moteur : un V8 L72 427 de 425 chevaux et une 2e version plus rare, offrant un V8 427, conçue pour les courses de dragster.

Les débuts de la Chevrolet Camaro RS 1967 au cinéma

Chevrolet Camaro RS 1967

Chevrolet Camaro RS 1967

En 1967, la Chevrolet Camaro fait son apparition dans Le Samouraï, film réalisé par Jean-Pierre Melville, avec Alain Delon. C’est une pianiste qui embarque Delon dans sa Chevrolet Camaro RS 1967 noire, intérieur rouge. L’année suivante, le même modèle apparaît dans le film de Marcel Carné, Les Jeunes Loups. Un film sorti en avril 1968, décrivant une jeunesse parisienne débridée (un trio amoureux entre un jeune gigolo ambitieux, une candide Sylvie et un beatnik aux cheveux longs), dont la sortie sera éclipsée par les événements de Mai… Mais c’est dans le film La Permission (Story of a 3-Day Pass) de Melvin Van Peebles que le même modèle, encore, est mis à l’honneur. Réalisateur afro-américain, père de la Blaxploitation, son premier long-métrage est une histoire d’amour entre un GI noir et une française, blanche, rencontrée dans une boîte de nuit parisienne. Le couple part en week-end au bord de la Chevrolet Camaro RS 1967, qui sera le théâtre et le refuge de leur amour, dans une société où les préjugés raciaux sont solides. Dans les trois films, la Chevrolet Camaro est la voiture d’une jeunesse française libérée voire libertine, qui aime rouler dans des voitures américaines alors que leurs parents, leurs « vieux », roulent dans des voitures de marques françaises.

La grève de Norwood : une remise en question du travail à la chaîne

La deuxième génération de Chevrolet Camaro arrive tard dans l’année 1970 : le style est changé et ce modèle durera jusqu’en 1981. Grande calandre au bout du capot, ligne de caisse aérodynamique, phares au bout des ailes… Mais comme toutes les autres voitures de cette époque, sa production est fragilisée à cause de la crise pétrolière. On ne s’attarde pas sur les modifications techniques des millésimes 1970 et 1972, mais plutôt sur un événement politique qui a bien failli stopper net la production. L’usine General Motors de Norwood, en Ohio, connaît sa plus grande grève : 174 jours. Le syndicat United Auto Workers (UAW) s’est employé à négocier de meilleures conditions de travail, suite à la plainte de nombreux employés, épuisés par l’accélération de la chaîne de montage et la réduction des effectifs. Mais ce qui a primé dans cette grève, c’est la critique globale du système du travail à la chaîne et les implications sur les relations quotidiennement tendues entre travailleurs et contremaîtres. Une pression qui se vit tous les jours : la peur du contremaître, la peur de perdre son emploi, la peur de ne pas pouvoir garder le rythme. Sur les 1100 voitures qui auraient dû être produites par l’usine, seulement 40 ont été assemblées après la grève et données à des écoles. Les 1060 restantes ont été mises au rebut, ne répondant pas aux exigences de l’année 1973 en matière de pollution et de sécurité. Après la reprise de la production, l’année 1974 est une année record, avec 150 000 Chevrolet Camaro écoulées. Le modèle de 1975 doit faire face à une nouvelle législation sur la pollution, mais a le même succès commercial que le modèle de l’année précédente. C’est la 1976 qui se vendra à 218 000 exemplaires et dépassera ainsi les ventes de sa rivales la Ford Mustang. Même performance pour la 1978. C’est en 1980 que les ventes plongent, victimes des nouvelles normes de dépollution.

Poursuivie par Christine, la Plymouth Fury de 1958, la Chevrolet Camaro prend feu

En 1983, John Carpenter réalise le film Christine, adapté d’un roman de Stephen King. Christine est une Plymouth Fury de 1958, voiture surnaturelle et surtout… tueuse qui prend le contrôle d’Arnie, ado timide et complexé, souffre-douleur de sa classe, menacé par Buddy Repperton, petit chef d’un groupe de voyous. Buddy conduit une Chevrolet Camaro, qui ne tarde pas à faire les frais de la hargne de Christine, bien décidée à tuer tous ceux qui nuisent à son propriétaire et qui tentent de les séparer. La Chevrolet Camaro est détruite à coups de pare chocs par Christine. Elle finit par s’enflammer et exploser. Alors que la Chevrolet Camaro symbolise la voiture du malfrat mal attentionné, la Plymouth, nettement plus mystique, incarne un esprit sorcier et diabolique, descendu sur terre pour semer la terreur.

La Chevrolet Camaro continue de faire rêver

… et de hanter nos imaginaires collectifs. On la retrouve au cinéma dans la saga des Transformers, dans le rôle de Bumblebee, incarné successivement depuis le premier film de 2007 par une Chevrolet Camaro 1976, une Chevrolet Camaro SS, une Chevrolet Camaro ZL1, et enfin une Chevrolet Camaro Concept 2014. Dans la série de dessins-animés des années 1980, Bumblebee se transforme en Volkswagen Coccinelle, mais le réalisateur de la saga Michael Bay n’a pas souhaité réemployer la Coccinelle qui faisait encore trop penser à son rôle de « Choupette » dans Un Amour de Coccinelle (1974). Quant à la direction Volkswagen, elle marqua son désaccord pour que la Coccinelle soit associée à l’écran à un film de guerre. Le choix de la Chevrolet Camaro s’est aussi imposé par le fait que General Motors ait été un des partenaires financiers de la production. On retrouve aussi la Chevrolet Camaro dans un clip du rappeur français Orelsan. La chanson « Plus rien ne m’étonne » (album Le Chant des sirènes, 2011), dresse un tableau pessimiste de notre monde et de la jeunesse qui a de plus en plus de mal à faire la différence entre réalité et monde virtuel. « J’ai peur, les capacités de mon cerveau diminuent / Docteur, ma planète est déréglée comme un oubli de pilule » chante Orelsan pendant qu’il commence à courir, puis saute sur un skate, puis chevauche une Ducati Diavel, puis est au volant d’une Ford Mustang 1967 équipée d’une console de jeu dans la boîte à gants puis d’une Chevrolet Camaro SS 2011 qu’il conduit avec une manette de jeu vidéo. La rivalité entre la Ford Mustang et la Chevrolet Camaro fait donc encore aujourd’hui rêver la jeunesse française !

Transformation d'une Ford Mustang en Chevrolet Camaro dans le clip "Plus rien ne m'étonne" d'Orelsan

Si vous êtes propriétaire d’une Chevrolet Camaro et que vous êtes à la recherche de la bonne pièce, au bon prix, dans les meilleurs délais, n’hésitez pas à nous appeler directement à la boutique au 02 38 62 38 22.